Etude – L’interactivité, qu’est-ce que c’est?

Bonjour,

Tout le monde s’est déjà retrouvé face à une interactivité sur le web. A l’instant même où vous êtes arrivé sur cette page vous avez vécu une interaction, et si vous laissez un commentaire vous allez participer à une interactivité. Mais attention, interactivité et interaction sont deux notions différentes.

Voici la définition d’interactivité par le dictionnaire français Larousse: « Faculté d’échange entre l’utilisateur d’un système informatique et la machine par l’intermédiaire d’un terminal doté d’un écran de visualisation ». Christian Papilloud, à travers un long article « L’interactivité », l’a définit très en détail sous différents angles et explique que « c’est un mot composé de la préposition « inter » (« entre ») et du nom commun « activité » (évoquant un état d’excitation). »

Image issus du site horspiste-communication.fr

L’interactivité sur les sites web a pour but d’interagir avec l’utilisateur et de lui donner cette possibilité d’être maître de sa visite, de faire ses choix, et qu’il se sente comme chez lui, à l’aise et confortable sur l’interface. C’est aussi le rôle principal de la navigation, mais l’interactivité y participe beaucoup également.

L’interactivité est généralement lié à l’innovation car elle sert l’innovation. C’est une technique qui permet de toujours remettre l’utilisateur en jeu de nombreuses façons. Selon l’article de Geneviève Vidal, « Usages de l’innovation interactive », l’usager devient un hyperacteur ayant le pouvoir de s’opposer, de négocier, d’accepter, d’arrêter sa relation avec l’émetteur. Autrement, c’est aussi rendre l’interface adaptative pour créer des réactions cognitives et émotionnelles chez l’internaute, tout en prenant garde de convenir à la cible. L’interactivité peut se présenter comme un processus informationnel ou communicationnel, mais peut aussi bien être décoratif et une valeur ajouté à l’univers esthétique, ou aussi bien un moyen de navigation par exemple.

 

 

 

 

 

 

 

Seulement la notion d’interactivité se confond très souvent avec la notion d’interaction étant très similaire: l’interaction est une action réciproque entre un/des émetteurs et un/des récepteurs, alors que l’interactivité est davantage une activité de dialogue entre un être humain et un programme informatique, d’ou la nuance qui est difficile à saisir. Dans tout les cas, ce sont des moyens qui donnent plus de liberté à l’utilisateur qui ressent la possibilité d’avoir le choix et qui s’en sent valoriser. Le taux de liberté se mesure par les actions passives de l’usager, c’est à dire si il suit simplement le chemin donner par le créateur grâce à une suite d’interactions, ou si la démarche est active et dans ces cas la, l’utilisateur suit son propre chemin dans l’interface. Il arrive que certaines interfaces interactives tendent vers une réévaluation des usages qui créent un usager libre de toutes expériences, ceci dans un cadre socio-culturel définit.

Il est possible de penser qu’une interactivité, c’est une interaction sur le net. Comme le terme interaction est employé pour désigner tout type d’action entraînant un geste humain et un objet, le terme interactivité permet de cibler l’action sur un objet en particulier, en l’occurrence ce qui est digital, et donc immatériel. Si l’on considère ces termes dans ce sens, l’interaction est le toucher du doigt sur la tablette, et l’interactivité est l’action produite sur l’interface. Dans ce sens, on comprend mieux la notion d’interaction homme-machine. L’interactivité comprend la communication dans son action, en effet un message est transmis de l’usager à l’interface ou à l’humain derrière l’interface et inversement. Dans le texte de Etienne-­Armand Amato et de Etienne Perény, « Interaction et interactivité », internet dans les années soixante proposait deux modes d’interactions textuelles et iconiques qui permettait la compréhension de la machine ordinateur avec l’humain. C’est avec l’arrivé de la souris et des icônes tel que la poubelle que l’interactivité a pu se développer dans les années quatre‐vingt‐dix.

Aujourd’hui, nous sommes grandement habitué à toutes les interactivités que nous créons sans même nous en rendre compte. Pour les jeunes génération c’est devenu un geste naturel qu’il ne l’est pas spécialement pour nos grand-parents. C’est en cela qu’il est intéressant de toujours rechercher de nouveau mode d’interaction et de nouvelles interactivités qui innovent et se différencient de ce que nous connaissons déjà pour proposer de nouvelles expériences aux utilisateurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *